Pages

vendredi 14 juin 2013

Un samedi au Sonisphere France 2013 ! (partie 1)









Après trois Hellfest (2009, 2011 et 2012) ainsi qu'un Fury Fest (2004) et plusieurs "petits" festivals (Arverne Metal Fest, Saint-Fiel Fest etc...) il était temps de changer un peu d'air et de tester un nouveau gros festival.
La programmation du Hellfest me plaisant un peu moins que les autres années et celle du Sonisphere étant plus qu'intéressante, il était donc temps de découvrir ce que ce Sonisphere a dans le ventre...


Pour vous faire un rapide historique, le Sonisphere est un festival européen qui existe depuis 2009. La première édition française aura lieu en 2011 à l'instar de 10 autres pays européens !!
Après deux premières éditions françaises critiquées pour leur organisation, cette 3éme édition se devait de proposer autre chose et enfin se montrer à la hauteur de ses moyens. Au regard des groupes qui étaient proposés, cette journée du samedi s'annonçait particulièrement alléchante. Malheureusement, étant arrivés pourtant 1h avant l'ouverture des portes, nous étions déjà bloqués à l'entrée du parking, sur la route, à attendre je ne sais quoi...ça commence bien ! Une fois garés, nous nous apercevions même que la place ne manquait pas tant que ça...enfin bref ! Du coup, le temps de parcourir le long chemin parking/entrée du festival et déjà Headcharger a fini son set...grrrrrr !!!! :-(
Dommage car cela avait l'air vraiment sympa à découvrir...!

Le Sonisphere France 2013, c'est par ici !







Le festival allait donc personnellement commencer par Dagoba.
Bon, Dagoba, est un groupe que j'ai déjà vu 4 fois en live avant ce passage au Sonisphere et dont je suis archi fan. Evidemment, je n'ai pas le même niveau de critique pour ce groupe que pour des groupes que je vois pour la première fois.
Malheureusement, le son allait être exécrable pendant quelques minutes, peu de batterie, pas de guitare que de la basse et de la voix, aïe !
Une fois les problèmes de son à peu près réglés (beaucoup, beaucoup de basse et de double pédale mises au premier plan, du coup on entendait très peu les mélodies et les samplers), l'on aperçoit enfin la puissance et la maitrise du groupe. Un super enthousiasme une bonne présence scénique comme d'habitude, à part peut-être pour le petit nouveau, Z (guitare) que l'on a aperçu un peu timide mais en tout cas très concentré sur son sujet.
L'accueil est parfait, on sent que le public est en grande forme et a envie d'en découdre en cette magnifique journée de printemps. Comme d'habitude, Wall Of Death et Circle Pit seront de la partie, un peu gênés il est vrai par les maudites barrières bizarrement configurées !
La présence de Dagoba au Sonisphere me réjouissait particulièrement dans l'idée de découvrir leur nouvel album, sortie récemment...malheureusement seulement deux chansons auront été interprétées, tant pis. Le groupe est bien sur excusé, car 30 minutes, cela fait vraiment court, et puis les chansons les plus brutales et efficaces auront été jouées.
Un set sympa, pas le meilleur que j'ai vu des marseillais, mais tout de même à point pour débuter un festival.

Dagoba : toujours à fond !




Qu'y a t-il après ? Crucified Barbara mouais, 14h sonnant déjà, il est temps d'aller se restaurer un peu, et de boire la première bière de la journée. Alors que nous propose t-on ? Ok, hot-dogs, hamburgers, frites, pizzas et, tiens...lasagnes et entrecôtes, pas mal !
Peu de monde pour faire la queue à cette heure là (c'est même étonnant par rapport au Hellfest, ou c'est blindé toute la journée) et aucune difficulté pour choper la bière. Parfait, comme le chapiteau avec tables et bancs pour pouvoir se poser tranquillement à l'écart de la musique de barbares, violente et bruyante :-).
Tout se passait bien, quand soudain, coup de chaud, sueur qui perle sur tout le corps et vue qui se brouille, aïe, je me sens un peu mal là !! 
Un petit tour au poste de secours, quelques minutes de repos, quelques verres d'eau avalés et hop il est temps de repartir ! Il y a tout de même deux groupes qui seront passés, incroyable ! Heureusement, Crucified Barbara et Karnivool me disaient bien moins...ouf !


Viennent ensuite Behemoth et Sabaton, deux groupes que je connais de nom mais que je n'ai jamais écouté.
Behemoth avec un côté très sombre, très froid, nous propose du Black voire Death/Metal assez chirurgical. Les membres sont costumés, maquillés ce qui contribue et rajoute encore un peu plus de violence et de brutalité à la musique. Le style n'est pas vraiment ma tasse de thé habituellement, mais j'avoue qu'en live cela vaut le coup d'oeil. Je n'aurais vu seulement que quelques chansons, l'envie de faire un tour du fest prenant le dessus.
La description sera la même pour Sabaton. Du power metal efficace bien maîtrisé avec un univers personnel bien marqué. A revoir peut-être une autre fois...


Une fois le petit tour fait, voici que Bring Me The Horizon s'avance sur la Scène Apollo. Pour l'anecdote, j'ai découvert BMTH, quelques jours auparavant, grâce à l'album "There Is A Hell, Believe Me I've Seen It, There Is A Heaven Let's Keep It A Secret" (oui c'est long comme titre d'album !).
Les britanniques nous proposent du Metalcore/Deathcore bien brutal et massif. Première remarque en voyant le groupe sur scène : "Ouah, mais ils sont jeunots !"
Les chansons sont ici variées et parfaitement maîtrisées. Le chanteur vit complètement sa musique et semble même parfois possédé. La prestation aura été particulièrement énergique.
Vous l'aurez compris, Bring Me The Horizon aura été la découverte de mon Sonisphere. A revoir une autre fois évidemment !

Bring Me The Horizon : forts ces petits jeunes !




Vient maintenant Amon Amarth, groupe de vikings suédois qui nous propose du death/metal à l'esprit très guerrier.
Amon Amarth, ce n'est pas seulement de la musique violente, c'est aussi tout un univers qui commence des artworks très beaux et travaillés des albums, à l'allure des membres du groupe.  
Ici, les décors étaient de toute beauté, une magnifique réplique de proue de drakkar surplombant la batterie ainsi qu'un énorme et tout aussi magnifique drapeau du prochain album qui sortira très prochainement.
Amon Amarth est un groupe que j'écoute que de temps en temps, mais franchement leur prestation live vaut le détour. Le charisme du groupe fait qu'on est focalisé pendant tout le show sur chaque membre, membres  qui vivent pleinement leur musique ! 
Le son était parfait et le public très heureux d'avoir vu un si bon set.  Bref, une bonne petit claque ! ;-)

Amon Amarth : mais à quelle époque sommes-nous ?!




A suivre...








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire