Pages

mardi 18 juin 2013

Un samedi au Sonisphere France 2013 ! (partie 2)










Après une première partie d'après-midi parfaite pour se mettre en jambe, il est temps de passer aux choses sérieuses...qui sera le groupe suivant ?

Aaaahhhhh, un groupe de légende, un groupe aux 38 ans de carrière, 20 albums studio, 7 albums live et 15 millions d'albums vendus, groupe ayant révolutionné le rock et ayant influencé bon nombre et bon nombre de groupes...je suis, je suis...vous ne trouvez pas ? Et si je vous dit : "We are *********, and we play Rock N' Roll" ? Je veux bien sur parler de Motörhead !
Quel plaisir de voir ces véritables légendes vivantes sur scène ! Le son était très bon, à la hauteur des tubes qui ont été interprétés. 
Quel plaisir également de voir, après une si longue carrière, une si grande réussite, autant de plaisir à jouer et à partager, surtout pour un groupe qui n'a plus rien à prouver désormais.
Les anglais auront d'ailleurs eu le droit à la plus grosse affluence et à la meilleure ambiance de cette journée, on ne peut donc pas s'y tromper quand à l'expérience unique que l'on vient de voir...

Lemmy, 38 ans de carrière et pas une ride !





Après cette riche expérience, vient maintenant sur la scène Saturn, In Flames. Après avoir reçu une véritable claque il y a deux ans, lors de leur passage au Hellfest, c'est avec beaucoup d'impatience que j'attendais le set des suédois. Et bien, malgré de meilleures conditions climatiques qu'en 2011 (il faisait plutôt froid à l'époque) la prestation aura été moins impressionnante. Le groupe avait l'air en forme et particulièrement content d'être là, les chansons et les tubes se sont enchaînés. Un tout petit bémol sur le chant, qui m'a semblé bien moins puissant que lors de leur prestation à Clisson. Peut-être que notre placement un peu trop à droite de la scène explique cela, sachant que le son de la Saturn était moins bon que sur l'Apollo...
Un bon set, un peu moins bon que pour ma première fois, mais sympa tout de même.

In Flames : un show également visuel !





Alors que le jour commence sérieusement à tomber et la fraîcheur s'installer, voici maintenant Slayer ! Un peu plus d'un mois  après le décès  de Jeff Hanneman et le départ de Dave Lombardo, les légendes du trash metal sont là pour nous mettre une bonne claque et ils vont parfaitement le faire.
Leur set aura été impressionnant de maîtrise technique et de rapidité. Le son aura été parfait (comme presque tous les groupes sur cette scène) et l'accueil du public à la hauteur du talent du groupe. On sent qu'on assiste également à un concert de légende surtout avec l'actu récente du groupe. D'ailleurs un magnifique hommage sera rendu à Jeff Hanneman, sobre mais terriblement efficace, lorsque le traditionnel drapeau avec le logo du groupe fera place à un drapeau hommage juste avant qu"Angel Of Death" ne commence et que la clameur du public retentisse : superbe hommage ! Aussi bon qu'un long discours.
Assurément, la grosse claque de cette journée !
 
Qui cela peut-il être ?!





Allez, une deuxième petite pause restauration (avec encore moins de monde que le midi, c'est fou ça !) et nous allons nous avancer vers un groupe que j'ai bien sur beaucoup écouté quand j'étais ado, et qui s'est un peu perdu depuis...je veux bien sur parler de Korn.
Bon et bien à vrai dire, je ne suis pas tout à fait d'accord avec les premiers reports que j'ai lu...En effet, j'ai trouvé que le set des californiens était particulièrement mou, les chansons semblaient terriblement lentes et le groupe sans pep's et sans énergie.
Bien que leurs plus gros tubes aient été joués, beaucoup de temps morts entre les chansons rajoutaient encore un peu plus de lenteur à leur show. Jonathan Davis semblait sans voix, mais ceci peut une nouvelle fois être lié à notre positionnement dans le public, un peu trop excentré à droite de la scène, comme pour In Flames. Surtout que sur ses cris, le chanteur semblait vraiment en forme !
Je ne parlerais pas des nouvelles chansons, que je n'apprécie vraiment pas.
Dommage que le groupe m'ait donné cette impression, car je ne partais vraiment pas avec de mauvais sentiments, mais contrairement à la majorité du public, qui aura réservé un bon accueil, peut être que je n'ai pas su apprécier ce concert à sa juste valeur...

Saurez-vous retrouver Head ?





Enfin, pour clôturer cette journée du samedi, et cette fin de soirée néo/metal, voici Limp Bizkit. Quelle agréable surprise ! Le groupe nous a fait l'honneur de jouer, quasiment exclusivement, des chansons des premiers albums et en plus de nous jouer les plus "énervées" ou en tout cas les plus dynamiques. Petit à petit, au fur et à mesure que les tubes s'enchaînaient, l'envie de bouger, pogoter, jumper s'empara d'une très grande partie du public, jusqu'aux rangs proches des consoles où nous étions.
L'accueil du public aura d'ailleurs été sympa, celui du groupe aussi, Fred Durst, chanteur charismatique mais non moins décrié, faisant même monter un fan sur scène (un peu lourd d'ailleurs le garçon à vouloir prendre des photos avec tous les membres...) et descendant dans le public pour taper dans les mains.
Une scène surréaliste aura même lieu, lorsque, arrêtant net un début de chanson, Fred, puisque c'est son prénom, entonna le début de la Marseillaise, reprise bien évidemment en choeur par tout le public, oui oui ! Particulièrement cool le garçon finalement ! ;-)
Un super concert donc et un des meilleurs souvenirs de cette journée d'ailleurs, je ne l'aurais pas cru...

Fred et sa barbe, Wes et son déguisement de corbeau !
  


à suivre...



 



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire