Pages

vendredi 16 août 2013

Mon album du moment : Meliora d'Eryn Non Dae.







Eryn Non Dae.- Meliora - 2012 - M&O Music


1- Chrysalis
2- The Great Downfall
3- Scarlet Rising
4- Ignitus
5- Muto
6- Black Obsidian Pyre
7- Hidden Lotus







Cette chronique est vraiment particulière pour moi. En effet, alors que je ne connaissais jusque là pas du tout le groupe, j'ai eu le grand honneur de recevoir, pour la première fois depuis que le blog existe, un mail de Franck, guitariste, pour me demander s'il m'était possible de chroniquer leur dernier album. C'est donc avec un immense plaisir (et un peu de retard) que je me lance dans la chronique de Meliora second album du groupe toulousain Eryn Non Dae.


Tout commence sur une longue intro, lente, progressive, avec seulement quelques notes de guitare et une ambiance très sombre et froide...puis la batterie démarre, les guitares et la basse montent en puissance, et ça y'est, on entre dans le vif du sujet : c'est violent, puissant, saccadé et terriblement rythmé !
Les passages calmes, plus aériens, ajoutent une dimension particulière à l'ambiance si pesante, lancinante et atmosphérique qui nous permettent de nous laisser glisser parfaitement du début à la fin ("Chrysalis", "Black Obsidian Pyre").


Le chant alterne entre passages criés et hurlés, passages chantés à la voix claire, parlés voire chuchotés ("Chrysalis", "The Great Downfall", "Ignitus", "Black Obsidian Pyre", "Hidden Lotus") et colle parfaitement à l'ambiance et l'esprit de la musique et nous prouve la grande richesse, la subtilité et la grande variété de cet album.
Les rythmes peuvent être rapides et saccadés comme beaucoup plus lents, lourds et oppressants, mais sont en tout cas toujours très puissants et violents et souvent déstructurés.


La basse particulièrement mise en avant (ce qui n'est pas pour déplaire à un bassiste amateur comme moi :-)) est un élément essentiel de l'ensemble des chansons. Le jeu du bassiste est très varié et accompagne parfaitement la batterie et son alternance dans le jeu. Elle ajoute une touche technique intéressante et accentue encore un peu plus la richesse des titres qui nous sont proposés.
Ici, on ne fait d'ailleurs pas dans des chansons au format de radio de trois minutes seulement, les chansons durent au minimum plus de cinq minutes, preuve du gros travail fourni dans l'écriture et la composition de l'album.


Après six titres passés et cinquante minutes d'une grande richesses, on entre dans le dernier titre : "Hidden Lotus"...et bien, ce titre final, encore plus varié que les autres, incluant par exemple  du jeu de guitare en tapping, vient parfaitement conclure l'album. Les riffs se répètent, la basse se déchaîne et l'on termine l'album par où on l'avait commencé, c'est à dire sur une ambiance très atmosphérique, sombre et lancinante : grandiose !


Même si l'on peut reconnaître quelques influences ou en tout cas rapprocher la musique à Meshuggah pour les rythmes saccadés et déstructurés, Hacride ou encore Hypno5e pour les ambiances si planantes, l'album possède une identité propre.
Vous mettrez peut-être un peu de temps avant d'y adhérer complètement, car il faut se donner le temps de véritablement l'écouter pour apprécier la subtilité des rythmiques, de l'ambiance proposée et ainsi apprécier à leur juste valeur la complexité et la richesse de Meliora.
Car Meliora est un ensemble, et non pas une somme de chansons, c'est un tout, une unité de puissance, de violence et d'émotions, un grand album qui fera sans doute beaucoup parler des toulousains !


 










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire