Pages

jeudi 10 juillet 2014

Live report : Hellfest 2014, le bilan (dernière partie).














Et voilà, l'édition 2014 du Hellfest s'est terminée en apothéose, ces trois jours sous un soleil de plomb et la chaleur écrasante de Clisson, seront passés à une vitesse folle. Après les trois premières parties consacrées aux live report, il est temps, en guise de conclusion de faire le bilan de cette édition de tous les records.

Alors là, y'a pas de doute, on est au Hellfest !




Pour démarrer, quelques chiffres vertigineux à vous proposer. Cette année, le festival aura accueilli  152 353 festivaliers (ouch !) dont 139 000 entrées payantes, rien que ça ! En moyenne cela représente tout de même plus de 46 000 festivaliers (en entrées payantes) par jour, et surtout une affluence en augmentation de 30% par rapport à l'édition précédente, dingue ! On ne pouvait que s'en douter, quand on sait que le festival était sold-out des mois à l'avance... Outre les 159 groupes présents sur trois jours (soit 53 groupes par jour), 5 250 hectolitres de bière ont été consommés, oui, oui 525 000 litres ! Cela représente tout de même, si l'on considère qu'une bière pour un métalleux c'est 50 cl minimum, 1,05 millions de bières !!! Gros chiffre qui représente à peu près 7 bières par festivalier. Sans compter tous les softs vendus à côté et les litres d'eau engloutis.

Quand les Power Rangers, rencontrent Spiderman !




Passons maintenant aux points positifs et aux quelques point négatifs de cette édition. Commençons par les aspects négatifs. 
Le gros point négatif pour moi, et pour sans doute beaucoup d'autres festivaliers, aura été le manque de points d'eau. Bien que les conditions climatiques aient été idéales et bien plus appréciables que lors de précédentes éditions (la pluie et le froid c'est quand même bien plus désagréable !), la chaleur étouffante et le soleil brûlant ont fait que les points d'eau étaient véritablement assaillis sans discontinuer. Alors certes, même si la sécurité, lors de la fouille de l'entrée, laissait passer les bouteilles d'eau, il fallait tout de même fréquemment se ré-approvisionner. Peut-être que d'avantage de points d'eau pourront être installés à l'avenir. 

Toujours concernant les conditions climatiques exceptionnelles pour un mois de juin (c'est pas moi qui le dis, c'est les bretons) et ce malgré le petit bosquet, les quelques arbres présents en face des Main Stage ainsi que les quelques parasols géants installés au dessus des tables de restauration, le manque d'ombre a été aussi un léger point noir. Même si, je n'ai quasiment jamais été embêté pour trouver à me poser quand je le voulais. Du coup, les festivaliers étaient assis en masse sous ces points et gênaient parfois la circulation des autres, c'est dommage.

Toujours par rapport à ces conditions, la poussière a été particulièrement extrême. Impressionnante lors de certains shows, il est vrai que parfois cela en devenait gênant, surtout quand il fallait sortir des tentes et prendre en pleine face les énormes nuages de poussière venant des MS. A l'image du terrassement qui a été effectué à l'entrée du festival (des pavés en fait, surtout pour éviter la boue en cas de pluie il me semble), peut-être que cela s'imposera devant les deux scènes principales à l'avenir.
Malgré cela, il est vrai que ces conditions météo étaient exceptionnelles et que les organisateurs ont été pris de court par rapport à cela. Des solutions ont même été envisagées mais un peu trop tard. D'ailleurs, les organisateurs ont d'ores et déjà annoncé que ces conditions seront dorénavant mieux anticipées, maintenant qu'ils sont rodés pour la pluie, ça va le faire ! ;-)

Un autre point négatif se situe (un peu comme tous les ans) au niveau de la restauration. Toujours quelques commerçants qui abusent au niveau des tarifs, surtout au vu de la qualité proposée. Même s'il était tout à fait possible de trouver de la nourriture de qualité, qui paraissait tout de suite bien plus abordable.

On regrettera, également de manière récurrente, la proximité Altar/Temple. Même si j'ai trouvé que l'on a été moins gêné que d'habitude, il est vrai que parfois, les balances de la deuxième scène pendant un show sur la première s'entendaient vraiment (surtout lors de passages calmes de certains concerts). Évidemment, selon l'emplacement où l'on se trouve, la gêne peut être tout à fait absente, il suffit juste d'arriver assez tôt aux concerts, et puis c'est tout ! ;-)

Enfin, dernier petit point négatif, les parkings. Ce qui m'a une nouvelle fois bien dérangé cette année, malgré que les chemins soient un minimum éclairés, c'est qu'il manque de l'éclairage à l'intérieur des parkings. En pleine nuit, il n'est pas toujours évident de retrouver sa voiture (surtout quand elle est gris/anthracite). Et là, pas question de changer de voiture pour l'occasion !! :-) Je pense tout de même qu'il pourrait être tout à fait réalisable de mettre quelques halogènes, au moins au milieu des parkings (vraiment grand pour certains), cela faciliterait vraiment la tâche du pauvre festivalier voulant désespérément retrouver son moyen de locomotion.

Le fish & chips du Hellfest, sous le soleil brûlant.




Enfin, ces quelques petits points légèrement désagréables, qui seront d'ailleurs sans doute améliorés par la suite, n'iront en rien entacher la réussite de cette édition. Parmi les aspects positifs, le plus important sera quand même la beauté du site ! Ce site, de plus en plus richement décoré, est l'identité même du festival, et ce depuis des années. Et, tous les ans, les organisateurs arrivent encore à nous surprendre. Les grosses nouveautés que sont la grande roue et le Hell City Square ne sont pas seulement là pour impressionner les festivaliers (même si cela a été forcément le cas), mais apportent une nouvelle touche au niveau du confort et de l'identité visuelle. Quelle superbe idée que cette grande roue ! Avoir la possibilité de voir le festival de haut est une vraie chance. Encore plus quand, pour seulement 5€ le tour (pas cher en plus), l'on peut se permettre de surplomber le site et ses 50 000 festivaliers, à la tombée du jour, pendant un show d'Iron Maiden ! Magique !
Le site, construit par zones cette année (concerts, bars, restauration, merchandising...) semblait beaucoup plus aéré. La circulation en aura été améliorée, sauf bien entendu pendant les sets des plus grosses têtes d'affiche, mais bon, il ne faut pas être trop exigeant non plus.

Au loin, la grande roue.




L'affiche monstrueuse de cette édition est également un très bon point positif. On sent que le festival a une nouvelle fois franchi un palier en terme d'affiche et de reconnaissance par les artistes. La qualité des sets et du son auront également été exceptionnelles. Tous les artistes que j'ai vus étaient absolument ravis d'être présents, et ça, ça se ressent aussi dans les prestations, forcément.

Toujours rien à redire sur l'état d'esprit, l'ambiance magique qu'il peut y avoir au sein de ce festival. Comme lors de chaque édition, aucun problème pour discuter, rigoler, s'entraider etc... La gentillesse, l'amabilité, l'état d'esprit bon enfant des festivaliers comme des bénévoles sont toujours au rendez-vous, c'est cela qui fait aussi du public du monde du métal un public vraiment à part. Pour la petite histoire, il y aura même eu un mariage cette année au camping !      

Il n'aura également rien eu à redire sur la taille et l'accès aux parkings. Bien que plus ou moins éloignés du site, je n'aurais eu aucun problème pour y accéder facilement et y trouver de la place. Bravo !

Enfin, excellente idée que d'avoir proposer un arrosage pendant les sets du dimanche. Merci aux pompiers d'ailleurs et au membres du crew d'y avoir penser, ils se seront transformés en héros pour ça (sympa l'ovation qu'ils auront reçue). Cette petite touche nous montre que les organisateurs sont très au fait du confort des festivaliers, dommage que cela n'ait pas eu lieu lors des jours précédents...

Une douche collective pour les festivaliers.




Pour finir, mention spéciale au prix des bières. Pour avoir assisté à un concert au Stade de France quelques jours plus tard, il est vrai que la différence dans les tarifs s'est faite sentir. Payer 18€ pour deux bières 50 cl  et leurs consignes (2€ le verre tout de même), même si c'est au SDF, ça fait mal ! Au Hellfest, la 25 cl (Kro) est à 2,5€ et la consigne à 1€, c'est bien plus intéressant.

Vous l'aurez compris, les petits détails à "reprocher" ne représentent pas grand chose par rapport à l'immense édition et à l'incroyable réussite auquel nous auront eu droit cette année. En espérant que tout ceci perdure (je ne me fait aucun souci pour cela) pour longtemps... Un grand bravo aux organisateurs, aux salariés, aux nombreux bénévoles, aux festivaliers et bien sûr aux artistes pour cette incroyable édition qui restera forcément dans les annales.
L'an prochain c'est déjà la dixième édition du Hellfest, je pense que les surprises qui nous seront une nouvelle fois réservées sauront encore nous faire rêver et nous faire dire que le Hellfest, c'est mieux d'année en année. Rendez-vous l'an prochain, vivement !

Que l'oeil bienveillant du corbeau veille sur le Hellfest à tout jamais.




Pour terminer, je vous partage en vidéo la conférence de presse de fin de festival de Ben Barbaud ainsi que quelques articles bilan, interviews, live report plus ou moins funs mais bien intéressants ainsi que des galeries photos, la magnifique page web du journal Le Monde (et oui !) ainsi que les concerts filmés par Arte ! See you in hell, headbangers !!!!! \m/







Dernier petit mot, pour vous parler de la pétition afin de protester contre la fin des Challengers. Les Challengers sont en fait les bénévoles qui s'occupent de la sécurité de la fosse et des devants de scènes. L'association est en danger suite à un contrôle, signez cette pétition pour le maintien de l'association et pour assurer la sécurité lors du Hellfest (très bien accomplie qui plus est !). Merci pour eux.


A l'année prochaine Hellfest !










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire