Pages

mardi 30 septembre 2014

Live report : Mfest 2014 (dernière partie 06/09)















En ce sixième jour de septembre à la saveur d'été,  et après une 1ére journée riche en qualité, en découvertes et en éclectisme, voici que se profile déjà à l'horizon, la deuxième et dernière journée du festival Mfest.
Malheureusement, tout comme la première journée, je n'ai pas pu arriver à temps pour apprécier le premier concert de la journée, tant pis...


Cette deuxième journée attaquera par un groupe qui m'est totalement inconnu : Caverneux. Ici, on fait dans la douce mélodie, la poésie etc...FAUX ! Le trash/death metal de ce groupe local est violent, puissant et bien rodé. Mais la particularité du groupe, n'est pas la musique proposée, mais plutôt le contenu des paroles. A l'image d'Ultra Vomit ou encore Gronibard, pour les amateurs, les paroles à base de sexe en tout genre et d'alcool, sentent bon la poésie. Évidemment, il n'en faut pas beaucoup plus à un public de métalleux, pour lui faire accepter le show proposé (c'est du second degré bien sur). Alors, lorsque des poupées gonflables rejoignent le groupe sur scène puis envahissent le pit, je ne vous raconte pas l'ambiance ! En tout cas, on ne peut certainement pas enlever au groupe sa qualité musicale et son show impeccable, très bon enfant et plein d'envie.

Les très poétiques Caverneux !




Dès les balances, on se doute parfaitement que le prochain groupe va encore pousser un peu plus loin l'éclectisme du festival... Oui c'est bel et bien un violon que l'on entend ! Car Cave Growl fait dans le folk métal. Malheureusement, ce qui devait être une prestation hyper festive et rafraichissante, frôla parfois clairement le ridicule. Bien que le potentiel du groupe se fasse sentir, le set aura été entaché d'un comportement plutôt déroutant, pour ne pas dire grotesque. Ce qui se présentait comme de la douce folie et un set décalé fût en réalité une ode au n'importe quoi. Le violoniste et le claviériste, dans un état second, n'assurèrent vraiment pas la perfection de leur partie, c'est peu de le dire...leurs prestations étaient décalées, pas dans le bon ton ou même carrément absentes. Je ne vous parle pas de leurs roulades sur scène... Heureusement que la deuxième moitié du groupe, guitaristes, bassiste et batteur, assura bien mieux, cela releva le niveau d'ensemble. Dommage, ce qui devait être une force et devait amener une variété au festival, aura finalement desservi le groupe... 

Cave Growl.




Désormais, fini la fiesta, place à la guerre ! Dès les premières minutes de l'intro sous les gyrophares rouges, sous le son de bombardements et autre échanges de tir à la mitrailleuse, on sent que Kause 4 Konflikt ne va pas nous proposer de la chanson française. Les membres, tous habillés de la même façon, un masque noir leur recouvrant la bouche, ajoutent un côté théâtral intéressant à la musique proposée. La mise en scène est impeccable, la musique n'est pas en reste. C'est violent, puissant, brutal et intense. Aucun temps de répit, aucune pause, même pendant les quelques interludes, qui nous replongent systématiquement dans les ambiances de conflits guerriers modernes. Pas de place pour des mélodies mielleuses ni pour de doux sentiments, la batterie est martelée, les riffs sont puissants et les solos idéalement placés, pour nous proposer un "offensive war core" impressionnant. Une sacrée bonne découverte, qui me fera directement filer sur leur stand de merchandising pour me procurer cd et t-shirt !
 
Avec Kause 4 Konflikt, c'est la guerre !


  

Voici à présent, Phazm. Nouveau changement d'ambiance, puisque le groupe, originaire de Nancy, nous propose du Death 'n' Roll. Groupe inconnu, genre ne m'étant pas beaucoup plus familier, me voici donc plongé dans une totale découverte. Et bien, pour vous dévoiler tout de suite mon ressenti : quelle claque ! Le son impeccable, nous fait parfaitement bien distinguer l'ensemble des instruments du quatuor. La musique est intensément groovy, les riffs sont lourds, les solos parfaitement maitrisés et impeccablement bien placés et la basse intensément vrombissante. La voix de Pierrick Valence (ex Scarve), si grave, puissante, intense et au final impressionnante (on frise le son d'un didgeridoo parfois !), ajoute un plus indéniable à la musique et en fait également sa particularité. La prestation scénique toute simple, épurée mais carrée, nous montre bien, qu'avant d'assurer un set, il faut déjà assurer sa musique. Si vous ajoutez, en plus, une réelle joie d'être là et un public de plus en plus acquis à la cause du groupe, vous obtiendrez aisément l'un des meilleurs concerts du festival, et ma plus grande découverte de ces deux jours !

Phazm, découverte du festival !




Retour à un métal un peu plus dur, avec les bordelais d'Otargos. Mais tiens, il me dit quelque chose ce chanteur...! Et oui, il s'agit bien sur d'Ulrich, chanteur de Regarde Les Hommes Tomber. Mais ici, on ne fait pas dans le post black metal, mais plutôt dans du black/death bien brutal ! Premier constat : la puissance est belle et bien au rendez-vous ! Les riffs sont intensément lourds, la batterie et la double pédale frénétiques et les notes de basse profondes et lourdes. Malheureusement, le son du chant fut encore une fois entaché d'un mauvais réglage au départ, qui nous fit le discerner difficilement. Mais, une fois ces petits soucis réglés, la puissance de la voix fut facilement discernable. La mise en scène n'était pas en reste, elle fut même terrible ! Les jeux de lumière parfaits et agrémentés de lasers rouges qui traversaient la salle de part et d'autre ajoutèrent encore un peu plus de violence à la prestation proposée. L'accueil fut comme d'habitude parfaitement au rendez-vous. Encore une grande prestation en somme.

Otargos : du bon métal bien bourrin qui fait du bien !




Il est temps d'accueillir à présent une des deux têtes d'affiche de la journée, Trepalium ! Je peux vous dire que personnellement, j'attendais avec beaucoup d'impatience le set des Deux-Sévriens. Et bien deux ans après, je n'aurais une nouvelle fois pas du tout été déçu. Le death métal très groovy du combo rend impeccablement bien sur scène ! Le son fut absolument parfait et nous fit apprécier, à sa juste valeur, la complexité de la musique proposée. La musique intensément groovy et technique du groupe fut parfaitement retranscrite sur scène, grâce à des musiciens impressionnants techniquement. L'aspect jazzy et rock 'n' roll des chansons est un véritable hymne au live. Les membres du groupe tous costumés dans l'esprit des années 20/30 (cravate, nœud papillon, chapeaux, bretelles etc...) nous renvoyèrent presque un siècle en arrière, en plein dans les années folles. Seul le chanteur se démarquait par du maquillage, façon tête de mort, sur le visage. Chanteur impeccable, qui n'hésitera pas à beaucoup communiquer avec son public, tout en ajoutant quelques petites touches d'humour bien senties. En bonus, nous aurons eu le droit de découvrir quelques nouveaux morceaux qui apparaîtront sur le prochain album qui sortira bientôt (je vous en reparlerai bien sur).  
Un style personnel, unique, et poussé à l'extrême avec les nouvelles compositions, parfaitement maîtrisé, qui aura fait tenir au groupe, son rang. Car chaque chanson est un hit, un hymne, qui fait de Trepalium une référence, assurément !

Trepalium : une nouvelle fois impressionnant !




Quoi, c'est déjà l'heure du dernier concert ?! Rien de mieux qu'Aborted pour terminer en bonne est due forme un festival de métal ! Car, même si le brutal death métal n'est pas un style que j'écoute régulièrement, il est vrai qu'en live, on peut difficilement rencontrer un style plus intense ! Et la prestation live qui nous aura été offerte confirmera facilement cela, quelle puissance, quelle violence ! Les riffs sont ultras rapides, les frappes sur la batterie et la double pédale n'en sont pas en reste. L'énergie impressionnante de la musique est parfaitement complétée par celle du chanteur, Sven, impressionnant vocalement. En plus de ces cris gutturaux et de sa voix stupéfiante, le frontman bouge partout, il arpente la scène de droite à gauche et se plie dans tous les sens, dingue ! Les breaks parfaitement placés, en décolleraient les cervicales ! Face à ce rouleau compresseur, le public aura parfaitement répondu présent. Bien échauffé par les prestations impeccables auquel il aura eu droit tout au long de ces deux jours, il aura cette fois tout donné, dans un dernier élan d'énergie : les pogos, les circle-pit et autres wall of death s’enchainèrent dans une intensité incroyable. Malgré que le style ne soit pas ma préférence, je peux assurément dire, que ce concert aura remporté la palme de ces deux jours de fest ! Géant !

Le rouleau compresseur Aborted !




Voilà, ces deux jours de festival sont déjà terminés. Un grand bravo aux bénévoles et aux organisateurs pour cet évènement parfaitement organisé et pour la très grande qualité de l'affiche ! Les quelques légers soucis de sons (surtout sur le chant) n'auront pas terni le reste. Un grand merci pour les prix très attractifs, que ce soit pour les pass (25€ les deux jours pour treize groupes de qualité) ou pour les boissons et autres mets, cela fait plaisir de ne pas se "saigner" économiquement et cela permet en plus de dépenser plus dans le merch. Un grand bravo à l'ensemble des groupes qui auront répondu présent et tous assuré dans des styles bien différents. Enfin, un grand bravo au public, qui comme dans tout festival métal, se sera parfaitement tenu, dans une ambiance très bon enfant. Le Mfest, ne demande qu'à grandir, ce qu'il a déjà parfaitement commencé à faire en quatre éditions, et à devenir une nouvelle référence hexagonale dans le genre, ! Bravo ! \m/



Le Mfest, c'est aussi un public de joyeux métalleux (mais pas que ) !












2 commentaires:

  1. Merci pour le compte rendu, ça fait plaisir de voir de petits festivals réunir les fans avec des affiches aussi sympa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, ça fait également toujours plaisir de participer et de retranscrire les festivals locaux. Oui c'est sur qu'aujourd'hui la qualité des "petits" festivals est vraiment très intéressante. Merci pour le commentaire ! \m/

      Supprimer