Pages

lundi 11 mai 2015

Live report : Metal Culture(s) V (1ére partie 30/04)














Cela faisait un petit moment que j'attendais ce Metal Culture(s) V. Tout d'abord pour son affiche impressionnante mais aussi car c'est la première fois qu'il m'était permis de participer à l'évènement metal pluri-disciplinaire Creusois, ayant jusque-là seulement assisté à la première édition du modèle passé du festival, le Saint Fiel Fest.
Depuis 2011 et sa première édition, le constat est que le festival a particulièrement bien grandi, passant d'un petit festival d'une soirée dans une salle des fêtes avec cinq groupes locaux, au format d'aujourd'hui sur trois jours, avec douze groupes de la France entière, des expositions, un ciné-concert, des projections de film et courts-métrages ainsi qu'une conférence, excusez du peu !





C'est donc à l'espace Fayolle de Guéret que le rendez-vous était pris avec les Sostraniens de Radium Valley (groupe découverte du mois dernier) afin de lancer les hostilités de cette cinquième édition. Seulement ce n'est pas un simple concert que nous proposent les Creusois, mais un ciné-concert sur le thème de la sorcellerie, avec le controversé film muet de 1922 "Häxan" ou "La Sorcellerie à travers les âges".
Cette expérience se révèle pour ma part totalement inédite mais très intéressante au demeurant. Le metal goth/indus moderne et très ambiancé de Radium Valley colle pourtant bien avec les images vieillies qui défilent à l'écran. Les ambiances très sombres, glauques, presque malsaines du film à base de possession, interrogatoires, torture, religion et châtiments corporels, coïncident relativement bien avec la musique froide, lourde et puissante du combo.
Même s'il est plutôt difficile au départ de rentrer complètement dans l'expérience proposée, finalement, la petite heure de film est passée relativement vite. Une belle expérience donc, à renouveler !

Le ciné-concert : une expérience inédite mais très enrichissante !




Suite à cela, trois concerts gratuits (c'est assez rare pour le souligner) nous ont été proposés à la Chapelle de la Providence.
Blind Motion, jeune groupe de Limoges, aura donc le grand honneur d'ouvrir la série de concerts qui aura lieu à la Chapelle sur ces trois jours. Mais, qu'est-ce que j'apprends, ce sera le tout premier concert du groupe ?! L'indulgence sera de mise donc. Pour autant, malgré le léger manque d'aplomb sur scène, l'envie de bien faire aura été omniprésente durant ces trente minutes. Bien que l'originalité dans le style proposé soit mis légèrement de côté, le hardcore sympathique des Limougeauds en vaut quand même la peine. Les riffs sont intéressants, les rythmes en deux temps claquent et la voix de la jeune et frêle chanteuse impressionne quand elle grawl. Dommage qu'elle soit un tout petit peu trop criarde à mon goût sur certains passages chantés. La reprise de "To The Threshold" des références Hatebreed aura été parfaitement accomplie. Un bon petit concert pour un très jeune groupe que l'on ne peut qu'encourager !

Les jeunes Blind Motion.




Bien que d'apparence plus expérimentés, ce sont les Off Track qui prennent le relais. D'apparence car le groupe n'existe que depuis 2011. Intervertissez les lettres du hardcore pour obtenir hard-rock, ou plutôt speed rock à tendance punk ! Ici, pas de fioriture, on est là pour entendre du bon vieux rock et rien d'autre. Prenez un peu de Motörhead, un peu de Ramones, un tout petit peu d'AC/DC, mélangez...et vous obtiendrez le style Off Track ! Un set plein d'énergie et d'envie pour les Limougeauds, seulement atténué par quelques problèmes de calage entre les musiciens... Qu'à cela ne tienne, le chanteur est là pour détendre l'atmosphère avec quelques petits mots qui font sourire. Ça rock, ça tabasse, ça groove et ça donne déjà sacrément envie de bouger tout ça ! Mention spéciale aux solos d'harmonicas, instrument que l'on ne voit vraiment pas beaucoup en temps normal. Mais ce soir tout est permis, on est là pour faire la fête après tout.

Off Track : un groupe de rock qui swingue !




Le dernier groupe de la soirée se profile déjà...mais, oh, que vois-je ? Une double batterie ?? Qui plus est superbement décorées et éclairées au niveau de la grosse caisse. Et, tiens, tiens, pas de micro sur scène... Que vont donc nous proposer les membres de The Lumberjack Feedback ? Les premiers riffs lourds et lents se font entendre, les batteries rentrent tout doucement dans la partie, puis soudain...l'explosion sonore !! La puissance qui s'èmane du duo de batteurs, des deux guitares et de la basse est impressionnante ! L'intensité, la puissance et la violence dégagée en font trembler les murs de la chapelle ! Les guitares largement sous accordées sont ultra lourdes et la basse vrombit avec une puissance rare. Quand on voit le spectacle proposé par les deux batteurs avec une coordination et une synchronisation extrêmes et pourtant quelques légères différences dans la partie jouée, on ne peut qu'être extasiés ! Et tout ceci, sans aucun chant ! On est tellement transporté et hypnotisé par cette mise en avant musicale, qu'on ne s'aperçoit même pas de la longueur des chansons, qui s'approchent toutes des dix minutes, et de la répétitivité de certains riffs et parties lentes et froides du sludge/doom des Lillois. Je suis tombé immédiatement sous le charme et l'ensemble des metalleux présents aussi, à n'en pas douter, vu la prise d'assaut du stand de merch à la fin du set...Ce fut géant ! Une sacrée claque pour une immense découverte !

The Lumberjack Feedback et son duo de batteurs qui impressionnent !




A noter que, comme je vous l'ai dit un peu plus haut, plusieurs expositions ont eu lieu en même temps que le festival. Une exposition photo de Peggy Cremin ainsi qu'une expo de dessins de l'artiste SAM et l'exposition de Trëz nous étaient donc proposées. Trëz, par ailleurs créateur du visuel de l'affiche, exposait ses œuvres à l'espace Fayolle. Le ciné-concert de Radium Valley m'a permis d'y jeter un oeil. J'ai été particulièrement impressionné par ses œuvres, sombres et très réalistes à la fois, surtout avec au vu des différentes techniques et éléments de composition utilisés. Que ça soit les peintures, les photos manipulées ou les sculptures, tout ceci est réellement fascinant.
Vous avez encore jusqu'au 24 mai pour aller voir ces expositions aux différents endroits concernés : Bibliothèque, Bar de La Poste et Espace Fayolle.

Petit aperçu d'une œuvre de Trëz.




La première journée est déjà finie, elle s'est conclue sur une très bonne note, avec deux jeunes groupes intéressants et une claque en bonne et due forme. Et ce n'était qu'une soirée d'ouverture...cela promet deux grandes soirées d'ondes metalliques dans la Chapelle !
A suivre...













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire