Pages

jeudi 9 juillet 2015

Live report : Hellfest 2015, le bilan (dernière partie)












La faille spatio-temporelle Hellfest 2015 est à présent refermée, après trois excellents jours qui seront passés à une vitesse folle. Cela fait déjà quinze jours d'ailleurs, de quoi avoir eu le temps de bien digérer cette édition anniversaire monstrueuse de tout point de vue. Suite aux trois premières parties consacrés aux reports des concerts (partie 1, partie 2, partie 3) voici désormais le traditionnel bilan.

Le Walk Of Hellfest !




Mais, avant d'attaquer le bilan de cette édition 2015, édition anniversaire oblige, passons en revue les quelques principaux chiffres de l'évolution du fest (chiffres donnés par l'organisation). Depuis sa première édition en 2006, sur le site du Val de Moine, le festival a particulièrement bien grandi. Tandis que 74 groupes étaient présents en 2006 sur deux scènes (Main Stage et Hard'n'Heavy stage), en 2015, c'est 159 groupes qui auront foulé les planches des 6 scènes (MS 1&2, Altar, Valley, Temple, Warzone), auxquels il faut ajouter la scène spécifique du camping, le Metal Corner où 11 artistes ont également participé à la fête cette année.
Au niveau de l'affluence, celle-ci a particulièrement grossi, au fur et à mesure de l'étendue du festival, passant d'environ 22 000 spectateurs en 2006 à plus de 152 000 en 2014 (édition record). 

La première affiche du Hellfest, en 2006.

Personnellement, ma première participation remonte à l'édition 2009. A l'époque, 109 groupes (première édition à plus de 100 groupes) étaient présents sur 4 scènes avec une affluence d'environ 60 000 metalleux sur trois jours.
En 2012, le festival changera de site d'accueil, pour arriver au Champ-Louet, plus grand (c'était en fait l'ancien site du camping et du Metal Corner), espace de 40 ha, avec une mise en scène de décorations qui commencera à faire parler d'elle, qui améliorera considérablement le confort des festivaliers et qui fera entrer le festival dans une nouvelle dimension puisque déjà 158 groupes furent programmés et 120 000 metalleux fouleront le site.
Au niveau de la population locale, alors que sa première édition était vu plutôt d'un mauvais œil par les habitants de la ville de 6 000 habitants, la gentillesse et courtoisie sans faille des festivaliers aura opéré sa magie, puisque aujourd'hui, 1 habitant sur 6 est bénévole au festival, soit 1 000 habitants tout de même.
Bref, une évolution fulgurante et monstrueuse qui fera passer le fest de festival de taille moyenne, organisé par des potes, à festival qui truste la troisième place des festivals français !


L'entrée du festival en 2011.


Depuis 2006, ce sont à peu près 1 200 concerts qui auront déversés leurs effluves métalliques à environ 830 000 metalleux de plus de 100 nationalités différentes ! Plus d'un million de litres de bière ont été bus. Au final, 3000 bénévoles et 600 salariés auront participé à la grande réussite et à la belle histoire du Hellfest, chapeau !
Cette année, c'est environ 150 000 festivaliers dont 132 000 entrées payantes (contre 139 000 en 2014), 2 800 bénévoles et 500 journalistes qui auront été présents ! En moyenne, cela représente 44 000 festivaliers par jour (entrées payantes). Le record de précocité des ventes des pass de l'an passé aura été largement battu, puisqu'il n'aura fallu que seulement 20 jours pour vendre l'intégralité des pass cette année ! 2 670 hectolitres de bière ont été bus, soit 267 000 litres, soit plus d'un million de bières de 25 cl ainsi que quasiment 15 000 litres de vin, fou !

Là-bas, tout au fond, l'entrée du festival, il y a du monde...




Je pense que si vous avez lu les premières parties de ce live report, vous vous êtes rendu-compte que cette dixième édition anniversaire aura été tout simplement gigantesque.

Les organisateurs auront retenu les défauts de l'an passé, au niveau accueil et confort et ont essayé au maximum de les corriger. Ainsi, tandis que l'on regrettait l'année dernière, le manque de points d'eau et de toilettes, la forte poussière et les problèmes acoustiques du chevauchement Altar/Temple, tous ces "problèmes" ont été réglés en 2015.
En effet, beaucoup plus de points d'eau ont été mis à disposition cette année, avec une amélioration du réseau pour plus de débit aux robinets, ce qui limita vraiment les queues interminables de l'année antérieure. De nouveaux sanitaires ont également été ajouté en nombre, bien vu ! Pour régler le problème de la poussière, les organisateurs ont tout simplement, en plus des nouvelles allées en gravier, décidé de planter de la pelouse, oui oui ! Ainsi, jusqu'au dimanche, malgré les circle-pit, wall of death et autres habitudes gargantuesques des metalleux, point de nuage de poussière à l'horizon, et ça c'est vraiment appréciable. Quelques petits nuages firent leur apparition, le dernier jour, ce qui est tout à fait normal au vu de la météo du week-end et du piétinement des milliers de metalleux.
Enfin, les scènes Altar, Valley et Temple ont été complètement revues et redisposées, finies les tentes basses et étroites qui se juxtaposaient, places à de nouvelles structures métalliques, plus hautes, sans pilier en plein milieu, et surtout désormais posées côte à côte, tous les problèmes antérieurs ont été réglés de cette façon.
L'espace Temple et Valley.




Quelques petits points négatifs ont été remarqué cette année. Au niveau confort tout d'abord, on regrettera, tout comme l'an passé, le manque de points d'ombre. Bien que le bosquet se trouve être le point de ralliement indispensable pour les metalheads qui souhaitent se poser au calme et à l'abri des rayons UV, il est vrai que celui-ci est vite pris d'assaut, surtout le dernier jour, lorsque le soleil décide de frapper fort. A part ça, quelques parasols géants au dessus des tables au niveau des points nourritures et c'est tout. Une majorité de tables sont en plein soleil, donc pas forcément top pour manger le midi, en pleine chaleur... Les quelques points d'ombre qui se créent grâce aux ombres des consoles devant les MS, font qu'il est parfois difficile de circuler pour approcher d'un concert, car beaucoup de monde assis ou couché... Peut-être que des aménagements sont possibles de ce point de vue pour les éditions prochaines.


Sans ombre, point de salut.


On pourra regretter aussi parfois la taille de la Warzone. Bien que scène très agréable dans sa programmation et son côté à part, elle s'est parfois révélée trop étroite lors de certains show, comme pour Body Count ou encore Snot. Rien à dire de spécial sur la programmation de ces groupes sur cette scène, ce n'est surement pas toujours évident de contenter tout le monde en terme d'horaires, mais il est vrai que l'espace a été vite bondé, voire infréquentable. La circulation a été également très compliquée, avec un couloir d'étranglement qui peut s'avérer dangereux en cas de mouvement de foule. L'organisation a déjà indiquée qu'elle réfléchira à une nouvelle mise en place pour l'an prochain, tant mieux.

Le petit espace de la Warzone.


Dernier point négatif et une nouvelle fois comme l'an passé, les parkings. Rien à signaler au niveau de la grandeur, ayant toujours trouvé facilement à me garer, même en arrivant à 13h30 le samedi, c'est surtout au niveau de l'éclairage qu'il y a à redire. Car, aucun éclairage n'existe au sein même des parkings. Difficile de s'orienter parfois, surtout de nuit, après une journée de concerts de folie. Quelques halogènes au milieu des parkings peuvent facilement permettre de se repérer et ne doivent pas être difficiles à installer. Bon, même si aujourd'hui, après cinq éditions, je commence à avoir pas mal de repères et d'astuces pour facilement me retrouver.


Et la lumière fut.


On pourra également émettre un petit reproche sur l’accès du Hell City Square. Bien que facilement accessible pour s'y rendre depuis le site du fest, c'est plutôt pour le retour que cela se corse. Car il faut une nouvelle fois passer par la case cathédrale et fouille pour revenir sur le site. Du coup, on se retrouve mêlés aux festivaliers qui arrivent, donc à certaines heures, c'est retour au point queue interminable. Certes, la fouille est indispensable, surtout pour les personnes qui reviennent du camping, mais n'y aurait-il pas possibilité d'avoir un accès secondaire pour les gens qui sont déjà entrés une fois sur le site ? Les puces au niveau du bracelet doivent bien pouvoir permettre d'effectuer un tel contrôle. A creuser...


Le Hell City Square.


Un dernier point négatif, aura été le son à l'entrée de l'Altar. Car assez brouillon et inaudible. Tandis que des écrans géants permettaient aux metalleux qui ne pouvaient pas entrer, lors des grosses affluences, de suivre les concerts, les pauvres n'ont pas dû entendre grand chose de qualité... Peut-être qu'une petite ligne de rappel au milieu des fosses, comme celle des MS, améliorerait cela. Les coupures de sons sur la MS1 auront aussi été légèrement embêtantes. Bien que non volontaires et imprévisibles, c'est toujours légèrement désagréable, surtout pour les groupes, qui ont, au final bien pris la chose. Le problème venait en fait d'un dysfonctionnement des groupes électrogènes de secours à cause de surcharges électriques, les précautions nécessaires seront assurément prises pour les prochaines éditions.

Le nouvel habillage monstrueux des Main Stage.


Et puis, c'est tout ! Vous remarquerez, que par rapport à l'an dernier, comme je vous l'ai signalé au dessus, des améliorations nettes ont été apporté au niveau des points d'eau et sanitaires, de la poussière et de la proximité Altar/Temple, chapeau les gars, la perfection n'est pas loin en terme d'accueil...!

Le Hellfest, c'est toujours aussi magnifique de nuit.




Passons maintenant aux points positifis, tellement nombreux que je ne sais pas trop par où commencer... Commençons par le commencement (ça va de soit) et par la première chose que l'on voit en arrivant, la décoration. Oh my fucking god, ils ont réussi à faire encore mieux qu'en 2014 ! Les différentes décorations au sein du site, qui avaient franchi une sacrée étape avec le changement de site en 2012 et qui étaient déjà monstrueuses l'an passé, auront été tout simplement grandioses cette année. De l'habillage des scènes (les Main Stage ont subi un joli lifting) à celui des bars et stands de merch officiels jusqu'à celui de certains bancs, tout aura été encore plus fou cette année ! 10 semi remorques sont aujourd'hui nécessaires, pour transporter les 120 m² de métal, 2 000 sources de lumière décoratives, 3 km de câbles et 400 bouteilles de gaz ! Cela démontre l'ampleur du phénomène. Le Hellfest est d'ailleurs aussi reconnu pour ça désormais, pour sa personnalisation majestueuse et grandiose.
Mention spéciale à la grande roue, qui comme l'an dernier, permet de découvrir le site de haut et de se prendre une claque visuelle. Et, par rapport à l'an dernier, outre les 5€ par personne requis, la roue tournait plus longtemps et nous permettait de faire 3 ou 4 tours, contre 1 ou 2 l'an passé, et ce pour le même tarif, c'est sympa. Même si certains décrivent le festival comme un parc d'attraction, personnellement je viens aussi au festival pour ses décors, cette ambiance nocturne et cette personnalisation qui ajoutent un plus indéniable et nous font nous sentir hors du temps. J'en ai pris conscience lors du Sonisphere 2013...


La majestueuse grande roue.


Au niveau des scènes justement, les nouvelles Altar, Temple et Valley auront été parfaites. Comme je l'ai dit plus haut, plus hautes et aérées, bien plus agréables et plus de piliers en plein milieu de la fosse, bien vu ! Les écrans géants placés à l'entrée de ces scènes auront été une innovation bienvenue, qui permettaient non seulement de suivre et regarder les concerts de l'extérieur, mais également d'annoncer les prochains concerts. Dommage, pour la qualité du son au niveau de l'entrée de l'Altar...


La scène Altar, édition 2015.


L'autre nouveauté de l'édition anniversaire, était la carte Cashless. Nouveauté qui consistait à charger une carte pour ainsi se passer des jetons qui devenaient vraiment obsolètes. Le principal reproche des désormais ex-jetons, était principalement qu'il fallait sans cesse fouiller et chercher dans ses poches à la recherche du jeton ou demi jeton perdu. D'ailleurs, en les sortant, il était vraiment très facile d'en perdre en quantité. De plus, une fois le festival terminé et les bars fermés, les jetons ne sont plus réutilisables, donc de l'argent était forcément perdu. Avec la carte, ces problèmes ont été résolu. La carte est réutilisable d'une année sur l'autre et surtout pour la perdre, il faut quand même le vouloir. De tout façon, il faut bien de la monnaie ou une carte bleue pour payer la nourriture, donc la carte cashless est facile à stocker au même endroit. Dommage que les stands de nourriture, hors "Hellfest Snack", ne prennent pas cette carte... La carte pouvait être commandé à l'avance sur le net, ou alors directement aux banques Cashless sur le site. Belle initiative et bonne réussite ce système. 


L'espace restauration.


Au niveau de la nourriture, RAS. Les stands sont désormais variés, allant de la tartiflette (oui, des gens ont mangé de la tartiflette de ce temps !) à la salade végétarienne, en passant par les célèbres tartines de l'enfer, le bœuf à la broche, les kebabs et divers sandwichs. Large choix dans la variété et rapport qualité/prix en majorité intéressant, en tout cas, tout ce que j'ai pris m'a vraiment plu.


Du bœuf à la broche !!!!!


Venons-en désormais aux concerts. Que dire ? Exceptionnels tout simplement ! Outre la programmation "best-of" particulièrement riche, peut-être légèrement en deçà de celle de l'édition 2014, mais en tout cas représentative de quasiment tous les genres de metal, ce qui pouvait contenter tout le monde. Tous les concerts auxquels j'ai assisté ont été de grande qualité, rempli de show du même acabit, d'un son la plupart du temps très bon, d'une belle énergie et surtout d'une très grande envie de la part des protagonistes. A part pour le set de Marilyn Manson, hors du coup, les concerts auront été marqué part une incroyable envie de bien faire. Les larges sourires et remerciements étaient de mise durant tout le week-end. Les groupes étaient même parfois surpris et étonnés de l'incroyable accueil qu'ils auront reçu ! Les "petits" ou jeunes groupes se donnent à fond car le prestige de la première fois au Hellfest les sur-motive, et les têtes d'affiche se donnent tout autant car le Hellfest est désormais reconnu dans le monde entier et surtout car l'accueil et l'ambiance sont tout simplement impressionnants ! Bref, tout le monde était heureux et content d'être là et cela se ressent forcément dans la musique proposée.


Hypno5e qui donne tout !


Au niveau de l'accueil et de l'ambiance, ils auront été irréprochables, une coutume au final. La bonne humeur, la joie de vivre, l'esprit de fête et de dérision ainsi que la gentillesse et l'esprit d'entraide auront une fois de plus été parfaitement au rendez-vous. Tous les groupes auront reçu le plus bel accueil et la participation des metalleux aura une nouvelle fois atteint des sommets. Ça chantait, criait, sautait, pogotait, dansait, applaudissait, encourageait même sans que cela ne soit demandé. La palme du plus gros nombre de slammeurs ira à Red Fang (j'avais encore jamais vu ça), celle du plus gros circle-pit ira à In Flames. Au niveau déguisement (car oui, personnellement ça me fait délirer) un large éventail aura encore été représenté. Outre les super-héros, Spiderman, Power Rangers, licorne, Pikachu, nous auront eu aussi droit au traditionnel homme bière mais la nouveauté et la palme du plus original, ira au costume du Killer Clown et sa pancarte "Free Hugs". Délirant !
C'est absolument merveilleux de se sentir aussi bien durant ces trois jours de débauche, en ne pensant à rien d'autre qu'au prochain concert que l'on va aller voir, sans avoir le moindre problème à l'horizon. Le difficile retour à la réalité et à la vraie vie ainsi que la nostalgie post-fest en sont les plus révélateurs.


Le légendaire homme bière.


Pour conclure, un mot sur le feu d'artifice des 10 ans. Géantissime ! Une explosion de pyrotechnie de quinze minutes, totalement monstrueux et impressionnant, sur des musiques cultes que sont "Thunderstuck" d'AC/DC, "Satellite 15" d'Iron Maiden, "Bohemian Rapsody" de Queen et "South Of Heaven" de Slayer, prodigieux ! Le bouquet final fascinant voire étourdissant le conclura en apothéose. Grandiose et fabuleux, parfaitement à la hauteur de l'évènement!

Quand soudain, le ciel s'éclaira !




Vous l'aurez compris, l'édition 2015 aura été une nouvelle fois une immense réussite. Le Hellfest aura incroyablement progressé en 10 ans, passant d'un festival régional, au troisième plus gros festival de France et l'un des plus gros festivals de metal en Europe, jouant désormais dans la cour des très grands. Il aura parfaitement réussi cette édition anniversaire et s'est même surpassé en terme de décoration et d'accueil, alors que la barre était déjà placée très haute lors des dernières éditions. Un grand bravo aux organisateurs, programmateurs, salariés, bénévoles, commerçants et artisans, à la ville de Clisson, ville la plus rock de France, pour son accueil exemplaire, aux artistes pour leurs sets impeccables et bien sur à tous les festivaliers présents.
Bon anniversaire et longue vie au Hellfest !! \m/

Happy Birthday Hellfest !




J'en profite pour vous partager la conférence de presse de fin de festival de Monsieur Ben Barbaud, quelques live reports (Radio Metal, Metalorgie) et galeries photos (officielles Hellfest, Metalorgie)  ainsi que le lien pour les vidéos d'Arte Live Web. See you in hell, Headbangers !

  



















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire