Pages

vendredi 29 janvier 2016

Live report : Festival de Noël #23 (dernière partie 19/12/15)












Suite à une première soirée haute en couleur, riche en terme de qualité et remplie de prestations de haut vol, il est temps de passer à la deuxième et dernière soirée du Festival de Noël #23 de Limoges. Après les deux têtes d'affiche internationales d'hier, la deuxième soirée, dédiée au metal français cette fois, s'annonce une nouvelle fois alléchante, puisque groupes locaux et groupes phares de la scène française vont se partager l'affiche.
Malheureusement une nouvelle fois en retard, ayant de plus été retardé par l'agent de sécurité de l'entrée qui nous fera retourner à la voiture garée une centaine de mètres plus loin pour déposer notre sac (alors que les autres personnes derrière entrèrent sans aucun souci avec leur sac en n'étant parfois même pas fouillées, bref...), je n'ai donc pu assister à  la prestation des Auvergnats d'Infekted. Dommage !

Tiens, tiens, mais que se prépare t-il ?




La soirée commencera donc par le set des autochtones de Galion, jeune groupe de hardcore mélodique qui s'est fondé il y a un peu plus d'un an de cela. Découverte donc pour moi ce soir. La musique du combo est particulièrement efficace en live, les passages rapides et violents s'enchaînent avec des passages plus lents et mélodiques, qui rendent extrêmement bien. La voix rocailleuse sur les passages chantés ajoute un plus indéniable aux compositions qui se révèlent efficaces au niveau des riffs et de la rythmique. Le groupe a de l'énergie à revendre et bouge dans tous les sens, de quoi ravir le public de furieux qui commence vraiment à se montrer actif. Une prestation vraiment sympathique en somme !

Les jeunes de Galion !




Dire que j'attendais le show de Radium Valley, seconde découverte de l'année 2015, avec impatience est un doux euphémisme... Car après plusieurs rendez-vous manqués, mon unique expérience live avec les Creusois aura été leur ciné concert lors du Metal Culture(s) V d'avril dernier. Une expérience musicale qui se révélera, à l'époque, déjà particulièrement intéressante. Radium Valley possède un vrai univers, un univers post-apocalyptique qu'ils poussent jusqu'au bout, jusqu'aux décors sur scènes (télévisions avec annonces de catastrophes, accessoires divers, gyrophares, confettis, fumée, drone etc...) et jusqu'aux combinaisons et autres masques à gaz que les musiciens portent. Un membre à part (leur ingénieur son) se permet même d'arpenter la scène et la fosse avec un pulvérisateur à main, pour nous asperger d'un liquide, dans le but de nous décontaminer des radiations. On s'y croit vraiment ! Et le niveau musical dans tout ça ? Une déferlante, un mur de son si intense, si puissant, comme ce qui caractérise la musique du groupe finalement. Tout ceci parfaitement porté par un son extrêmement lourd mais néanmoins bien équilibré. La voix de Luc De Villars est saisissante, puissante et tellement poignante. Les samples ajoutent un plus indiscutable à la musique, le tout agrémenté par de splendides jeux de lumière. Un show musicalement irréprochable mais surtout visuellement impressionnant qui m'a fait placer le groupe à la seconde place des révélations live de l'année ! Une expérience live à vivre sans hésiter !        

Bienvenue dans l'univers post-apocalyptique de Radium Valley !




Black Bomb A fait partie de ces groupes que j'écoutais beaucoup quand j'étais au lycée et que j'ai, au fur et à mesure, délaissé. Malgré cela, je me doutais bien que sur scène, cela doit être extrêmement impressionnant ! Mieux que ça, c'est une tornade qui s'est abattue sur nous ce soir ! Ça tape fort, ça va vite, ça crie, ça fait terriblement mal ! Le son, une nouvelle fois excellent, permet de parfaitement profiter du metal hardcore des Parisiens , évidemment taillé pour la scène. Les voix caractéristiques du groupe, criarde d'un côté et très grave de l'autre s'accordent et s'alternent évidemment à la perfection. Arno et Poun, très en forme, auront été inépuisables, traversant la scène de toute part, sautant, headbanguant sans discontinuer, quelle débauche d'énergie ! Les deux membres très communicatifs n'hésiteront pas à lancer quelques blagues bien senties ou à charrier le public entre les morceaux, un grand moment de communion et de bonne humeur. Le public qui était déjà particulièrement en forme lors de la soirée précédente aura littéralement explosé lors de ce set ! Participation à outrance, pogos dans tous les sens, circle-pit, wall of death tout y passera sans aucune interruption et même sans que le groupe ne le demande... Le groupe, impressionné par l'accueil, n'hésita pas à faire énormément participer les furieux en face de lui, en faisant chanter les personnes du premier rang et toute la salle sur les parties plus faciles d'accès. Ajoutez à cela un light show en adéquation et au niveau de la prestation musicale et vous obtiendrez le concert du festival ! Une prestation déjantée et folle, qui aura permis au groupe, valeur sûre sur scène, de récupérer la troisième place du concert de l'année 2015

Les bêtes de scène de Black Bomb A !




Dagoba sera donc le dernier groupe de la soirée et du fest. Tout comme la précédente soirée, la fosse s'est clairsemée à l'entame du dernier set... une  nouvelle fois surprenant ! Comptant aujourd'hui parmi les piliers de la scène metal française, connu, reconnu dans l'Europe entière, voire dans le monde, avec une certaine vidéo d'un petit wall of death au Hellfest 2014, le groupe s'est forgé, en grande partie, sa réputation sur des prestations scéniques de haute volée, avec une intensité impensable et une puissance écrasante ! Etant plus qu'initié des shows des Marseillais (8ème fois pour moi ce soir en 9 ans...), je sais désormais à chaque fois à quoi m'attendre. Pour autant, je ne suis jamais déçu, loin de là ! Partout où ils passent, leurs sets sont carrés, très pros, plus que puissants, violents, intenses et parfaitement maîtrisés. Les jeux de lumière agrémentent toujours à la perfection leurs sets. Toujours débordant d'énergie, toujours extrêmement souriant, reconnaissant et investit, le groupe n'oublie jamais de faire énormément participer son public, de remercier tous les fans qui le soutiennent, tous les metalleux de France et toutes les personnes qui organisent les concerts et les festivals, à chaque fois. Dagoba s'est s'y prendre avec un public, que ça soit dans des petites salles ou dans des immenses festivals. Evidemment, et également comme à chaque fois, l'accueil réservé est extraordinaire, répondant à toutes les sollicitations de Shawter, leader et chanteur charismatique, sans sourciller. En prime, pour le dernier concert de l'année, nous aurons le droit à des petits moments de fun, avec les chanteurs de Black Bomb A qui vinrent faire les chœurs sur une chanson, ou encore Shawter qui se mettra derrière les fûts pendant deux minutes d'improvisation. Encore un signe d'un moment de plaisir intense entre un groupe et son public, comme Dagoba sait nous en faire profiter à tous les coups !

Dagoba, toujours monstrueux en live !




Cette soirée, consacrée au metal français touche à présent à sa fin, elle aura été une énorme réussite. L'avantage est cette proximité que peuvent avoir les groupes français avec leur public, choses que ne peuvent pas avoir, avec une si grande intimité les groupes internationaux. Malgré des pointures internationales, le public français répond présent pour soutenir les groupes de sa scène française et ça, on ne peut que le signaler. Chaque groupe de ce soir nous a rappelé que le metal français est grand et qu'il compte vraiment à l'international ! Un grand bravo à Execution Management pour l'organisation et l'affiche monstrueuse, à tous les bénévoles, aux groupes qui auront tout donné avec beaucoup d'envie et à tous les metalleux qui auront parfaitement répondu présents avec une intensité rare, grandiose !
A l'année prochaine ! 

Je savais bien qu'il était maléfique le Père Noël !










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire