Pages

dimanche 19 février 2017

Bilan de l'année 2016 (dernière partie).
















Suite à la première partie, récompensant les découvertes de l'année, les albums pas assez écouté, les révélations live et concerts de l'année, il est temps de passer à la deuxième et dernière partie du bilan de l'année 2016, en guise de best-of de cette année écoulée.





Artwork de l'année :


#5 A Farewell To Down - 7 WEEKS

#4 Ankaa - ETHS

#3 Laniakea - MANTRA

#2 Sorceress - OPETH

#1 Shores Of The Abstract Line - HYPNO5E




Bien qu'évidemment nullement objectif, voici mon classement des plus beaux artwork 2016. Qu'ils soient très travaillés ou plus épurés, considérés comme jolis ou hideux, ils marquent souvent la conscience collective, mais ils doivent également réussir à représenter la musique qu'ils contiennent. Ces cinq artwork, dans des styles différents, auront marqué mon année 2016, par l'image qu'ils véhiculent d'une part, mais aussi par la juste représentation de la musique qu'ils contiennent.




Albums de l'année :


#5 The Violent Sleep Of Reason - MESHUGGAH

#4 Ankaa - ETHS

#3 Magma - GOJIRA

#2 Sorceress - OPETH

#1 Shores Of The Abstract Line - HYPNO5E




A la cinquième place du palmarès des albums de l'année, se trouve Meshuggah. Jugez plutôt : trente années de carrière, huit albums studio, précurseur du djent et maître du metal expérimental, polyrythmique et progressif, le groupe n'a eu de cesse d'améliorer leur univers, leur sonorité et surtout leur technique, qui en devient même presque écœurante aujourd'hui. Pourtant, avec un style qui peut sembler difficilement apprivoisable aux premiers abords et répétitif, les Suédois arrivent encore à progresser et à proposer des hits sur chacune de leurs sorties, ce "The Violent Sleep Of Reason" (album de leur discographie que j'ai à ce jour le plus écouté) en est le parfait témoin !
Si Eths se retrouve à la quatrième place, avec "Ankaa", ce n'est pas seulement parce qu'il sera l'album définitif du combo... Malgré les grosses difficultés liés aux très gros et réguliers changements de line-up, qui auront d'ailleurs eu raison de leur motivation dernièrement, les Marseillais ont réussi à s'affirmer, se ré-inventer, passant du néo-metal/metal hardcore un peu fouilli des débuts, pour réussir à nous proposer un quatrième album très riche et varié, rempli d'ambiances diverses, beaucoup plus froid et complexe que les prédécesseurs et surtout très moderne. Assurément le meilleur album de la discographie de ce groupe qui aura au final marqué le paysage du metal français.
Je me suis posé beaucoup de questions avant de positionner "Magma" de Gojira à la troisième place. Bien qu'en majorité très bien reçu par les fans et la presse spécialisé du monde entier, j'avoue que pas mal de contre arguments m'ont longtemps fait hésité : irrégularité, durée très courte, certains hits qui semblent un peu "faciles"... Mais finalement, à force de persévérance mais surtout d'écoutes attentives, on ressent tout le travail de recherche dans les compositions qu'a dû fournir le groupe pour nous proposer un death metal beaucoup plus progressif que sur les opus précédents. Très varié au niveau des structures, très créatif, ce "Magma", après un "L'Enfant Sauvage", précédent opus, assez répétitif et qui montrait un certain manque d'inspiration, est finalement le bienvenu !
Cinq ans et trois albums, c'est le temps que j'aurai mis avant d'apprivoiser le nouveau style Opeth. Après avoir pris un énorme virage au niveau du style avec "Heritage" sans saveur, et "Pale Communion", trois ans plus tard, oscillant entre sa période death progressif d'avant et le style plus prog/rock de son prédécesseur, voilà que les Suédois semblent enfin avoir trouvé la bonne formule. Beaucoup mieux calibré et pertinent, peut-être également mieux assumé, "Sorceress" et rempli d'hymnes et de chansons aux inspirations très variées, mais qui se retiennent néanmoins facilement et qui donnent l'envie d'y revenir, chose que le groupe n'avait pas réussi à faire sur les deux opus précédents. Opus qui resteront, peut être, dans la mémoire collective comme des coups d'essai... Un très bon album, sans aucun doute le meilleur de cette deuxième partie de carrière musicale !
Enfin, l'album de l'année 2016, peut-être rangé dans la catégorie chef-d'oeuvre. Bien que pourtant très attendu, après un "Acid Mist Tomorrow", deuxième album seulement d'Hypno5e, salué par la critique nationale et les fans, les Montpellierains ont réussi à confirmer toutes les belles promesses vues jusque-là. Une musique unique, déstructurée, éminemment complexe, toujours parfaitement enrichi par les passages littéraires et cinématographiques, "Shores Of The Abstract Line" aura réussi à enfoncer le clou, à aller encore plus loin, sans pour autant perdre en crédibilité ou en cohérence. Un album de la confirmation, magnifique, empli de mélancolie et de tristesse, mais aussi de richesse, de beauté, de puissance et de violence, de maîtrise technique, qui nous fait traverser toutes les émotions possible et qui propulse le groupe, bien qu'atypique, dans le haut du panier des groupes de metal français, sans aucune ambiguïté. Hypno5e est le groupe incontournable de cette année 2016, assurément.  




Chansons de l'année : 



#5 Rewind - LEPROUS
#4 Avalanche - DELUGE
#3 Chrysalis - OPETH
#2 Born In Dissonance - MESHUGGAH
#1 South Shore/Blind Man's Eye - HYPNO5E




Leprous c'est avant tout un metal progressif moderne très personnel, des riffs et rythmiques étouffantes et des ambiances ou la mélancolie règne. C'est aussi et surtout un chant clair magnifique et très mélodieux. Le final de "Rewind", très violent, puissant, dépressif et colérique en fait une chanson intensément riche qui fait traverser tous les sentiments possibles, magnifique ! 
Le nom d'"Avalanche" et de Déluge correspondent tellement bien à la chanson proposée ! On entre directement dans le vif du sujet : blast beat, rapidité des riffs, voix hurlée, sans répit pendant 1'50, qui nous laissent abasourdis par tant de puissance et de violence, comme terrassés. Puis la violence retombe, la tempête passe, pour laisser place à la pluie, et la beauté fait le reste...
Si j'ai mis du temps à apprivoiser le nouveau style Opeth, c'est aussi parce qu'aucune chanson ne sortait vraiment du lot, ou en tout cas ne m'avait pas vraiment marqué. C'est tout l'inverse pour "Chrysalis", rythmée, formidablement composée, qui mélange enfin parfaitement l'ancien et le nouveau style (magnifique alternance de solos clavier/guitare au passage) et évidemment magnifié par la voix de son chanteur et leader, Mikael Åkerfeldt.
Ah "Born In Dissonance" ! Quelle baffe j'ai reçu à la première écoute ! Et encore une plus grande claque prise au moment de l'entendre en live ! Rythmes et riffs syncopés, violence, puissance et répétitivité à en devenir fou, solos déstructurés, dont seuls les Suédois ont le secret, mais surtout un jeu de batterie comme d'habitude hallucinant (amusez vous à essayer de suivre la caisse claire...) pour une chanson terriblement efficace. Du très grand Meshuggah !
Dégager une chanson d'un album d'Hypno5e est souvent compliqué, tant un album du combo est une oeuvre à part entière, à écouter sans discontinuer du début à la fin. Toutefois, l'alternance d'ambiances, d'émotions, de passages violents, oppressants ou plus calmes et aériens de "South Shore - Blind Man's Eye", à la limite de la schizophrénie, définissent à la perfection le style Hypno5e. Sa magnifique et mélancolique conclusion n'en est pas en reste, pour une chanson qui démontre une nouvelle fois l'immense talent dont fait preuve le quatuor. 




Et vous, qui auriez-vous classer dans les différentes catégories ?












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire