Pages

dimanche 5 février 2017

Bilan de l'année 2016 (première partie).
















Après une longue pause au niveau de la publication d'articles, liée à un gros manque de temps et à un certain décroissement de la motivation, il est grand temps de se botter les fesses et de se remettre en selle, d'autant plus que le blog vient de souffler sa 5éme bougie, raison de plus ! Rien de tel pour cela que de publier le traditionnel bilan de l'année écoulée. Voici donc les événements où sorties d'albums qui ont marqué le blog en 2016.




Découvertes de l'année :

#5 Barton's Odyssey - ATLANTIS CHRONICLES

#4 Restarter - TORCHE

#3 Luminiferous - HIGH ON FIRE

#2 Aether - DELUGE
#1 The Congregation - LEPROUS


A la cinquième place des découvertes de l'année 2016 se trouve Atlantis Chronicles, groupe français de death metal progressif, et leur album "Barton's Odyssey". Fondé en 2013 sur les cendres d'Abyss, le death metal/deathcore progressif des Parisiens allie rapidité, riffs effrénés et solos dans tous les sens, qui font aisément penser à August Burns Red, avec une touche encore plus technique, ou encore Gorod pour l'influence française. Tout ceci agrémenté d'une production aux petits oignons qui impressionne pour ce second album, seulement...!
En quatrième position, Torche et son album "Restarter". Découverte très tardive mais accroche très rapide pour ce groupe originaire de Miami qui propose un stoner/sludge très personnel. Son très lourd, riffs répétitifs entêtants, rythmiques martelées, accompagnés d'un chant clair, qui dénote avec les sonorités proposées, mais qui ajoute un plus indéniable et affirme la personnalité musicale du combo. Du tout bon. 
Sur la troisième marche du podium se retrouvent les Américains d'High On Fire. A nouveau à l'influence stoner, la musique proposée se teinte parfois d'esprit thrash ou speed rock : son gras avec riffs lancinants pour le stoner, rythmiques et riffs très rapides pour le thrash. Ceci complété par un chant à la voix growlée particulièrement crasseuse du chanteur Matt Pike, pour des compositions qui s'inscrivent facilement et assez rapidement en tête.
Déluge aurait pu obtenir la palme de la découverte 2016. "Aether", premier album (le groupe s'est crée en 2013), de black/post hardcore, des français est magnifique de beauté, rempli d'ambiances obscures et froides, de violence au niveau des riffs et de rythmiques ultra rapides, d'un chant crié torturé, en français qui plus est, et d'une alternance parfaite entre tous ces éléments ! Un album que j'ai écouté en boucle pour un groupe que je vous conseille vivement et qui va assurément faire parler de lui dans les années à venir.
Enfin, le groupe découverte de cette année 2016 s'appelle Leprous. Le metal progressif très moderne des Norvégiens (pour changer du true black traditionnel) outre son aspect avant-gardiste, dans les sonorités des guitares, du clavier ou de la basse et les rythmiques très variables au sein des chansons d'une part et les ambiances souvent mélancoliques de l'autre, est extrêmement créatif mélodiquement. Mais, c'est surtout l'apport de la voix de Einar Solberg qui magnifie le tout : puissance, timbre spécifique et tessiture hallucinante qui complète à la perfection les mélodies imparables.




Albums pas assez écouté :

#5 Trust No One - DEVIL DRIVER

#4 Hardwired...To Self Destruct - METALLICA

#3 Tango Umbrella - AMERICAN HEAD CHARGE

#2 Laniakea - MANTRA

#1 Black Spring - SYRINX




Bien que l'aspect direct et destructeur de DevilDriver me plaise beaucoup, je n'écoute au final que très peu leurs albums... "Trust No One" aura malheureusement subi le même sort. Mais bien sur, à la prochaine occasion de les voir en live, je me plongerai plus régulièrement dans le septième opus des Américains.
Dire que "Hardwired...To Self Destruct" de Metallica était attendu est un euphémisme. Comme à chaque sortie, adoubé ou critiqué, l'album semble toutefois intéressant, bien qu'irrégulier et particulièrement long. Toutefois, certaines chansons sortent du lot, ce qui est plutôt bon signe.
Je n'avais plus écouté l'indus metal d'American Head Charge depuis "The War Of Art" (paru en 2001 tout de même...) et pourtant c'est avec grand plaisir que j'apprenais cette année, que les fous furieux continuent d'écrire de la musique et de sortir des albums. Après quelques écoutes de "Tango Umbrella", je me suis malheureusement un peu lassé, bien que j'apprécie toujours autant leur style.
En ce qui concerne les derniers albums de Mantra "Laniakea" et "Black Spring" de Syrinx, même constat : véritables grosses découvertes musicales de ces dernières années, avec toutefois un léger laissé aller quant aux écoutes de leurs dernières productions. Albums pourtant bons, qui confirment le potentiel et le talent de ces deux jeunes groupes Français  qui sont promis à un bel avenir.



Révélations live :

#5 HIGH ON FIRE - Transbordeur Lyon

#4 THE OCEAN - Metal Culture(s) VI

#3 ARKAN - Festival de Noël #24

#2 DELUGE - Metal Culture(s) VI

#1 MY SLEEPING KARMA - Metal Culture(s) VI




Après la 3éme place dans la catégorie "Découvertes de l'année", voici qu'High On Fire truste la 5éme des "Révélations Live". Ouvrir un concert de Meshuggah n'est pas chose aisée, surtout quand la musique et le style proposés sont bien différents de la tête d'affiche... Pourtant les Américains auront assurés avec brio ! Pour résumer : ça joue vite, ça joue fort, pour un mélange de stoner/thrash qui rappelle parfois Motörhead ou encore Red Fang, rien que ça !
Si le nom de The Ocean peut, de prime abord, difficilement faire penser à un groupe de metal, le metalcore/postcore des Allemands tient parfaitement sa place dans un festival du genre. Les changements et alternances d'ambiances, la qualité musicale, la voix très impressionnante, qui varie entre passages claires magnifiques et passages criés très puissants, tout ceci parfaitement accompagné par de jolis jeux de lumières, permettent d'attribuer la 4éme position au combo.
A la 3éme place, Arkan. Leur dernier opus "Kelem" a beaucoup fait parler de lui, pourtant je n'avais, jusqu'à ce concert, encore jamais écouté le death mélodique aux influences orientales des Français. Une musique très riche et variée, de toute beauté, qui procure différentes émotions, tout comme l'alternance entre l'impressionnante voix claire de Manuel Munoz et les passages growlés très puissants du guitariste chanteur. Un chant clair d'une puissance et d'une justesse rare qui aura bonifié la prestation très intéressante du combo.
Tout comme pour la partie "Découverte de l'année", Déluge s'adjuge la 2éme position des "Révélations live". Si leur premier album augure d'un avenir empli de promesses, la prestation live proposée, n'en est pas en reste. Les ambiances froides et obscures et la violence musicale de l'album sont parfaitement retranscrits et les magnifiques jeux de lumières, très appropriés, feront traverser une immensité d'émotions. Une véritable claque visuelle et sonore qui m'a directement fait devenir fan du groupe.
Enfin, lorsque l'on parle d'émotions pendant un concert, on est forcément obligés de parler de My Sleeping Karma. Le stoner psyché des Allemands, sans chant, qui peut paraître simpliste de prime abord, est en fait très varié, intense et incroyablement enrichi par diverses sonorités hindoues. Le groupe vit son concert avec une intensité et un plaisir rare, qui permet au public de se sentir bien, en paix avec lui même, coupé du monde extérieur et parfaitement transporté par une expérience unique. C'est beau !




Concerts de l'année :

#5 MASS HYSTERIA - Metal Culture(s) VI

#4 7 WEEKS - Festival de Noël #24

#3 HYPNO5E - Metal Culture(s) VI

#2 MESHUGGAH - Le Transbordeur

#1 MACHINE HEAD - La Coopérative de Mai




Parmi les 26 concerts suivis en 2016, j'aurai eu l'occasion de voir Mass Hysteria à deux reprises. Jamais déçu par un show des Parisiens, leur prestation au Metal Culture(s) VI de Guéret leur permet d'occuper la 5éme place du classement. Un concert comme d'habitude très carré et intense, un son parfaitement équilibré, des hits taillés pour le live, une véritable envie, une énergie débordante et un pit en feu dans l'esprit : est-ce réellement une surprise ?
7 Weeks fait parti des groupes que j'écoute depuis un bon moment (depuis leur premier opus en fait) mais que je n'avais pas encore eu l'occasion de voir en concert. Erreur réparée grâce au Festival de Noël #24 de Limoges. Aucun regret à l'horizon quant à cette longue attente : un son gras précis, puissant, un genre et des compositions évidemment faits pour la scène, pour un groupe plein de charisme et un set très intense, vivement la prochaine ! 
Quiconque a déjà pu apprécier un concert d'Hypno5e vous le dira : leur richesse musicale est décuplée sur scène ! Tout y est : puissance des riffs, richesse des mélodies, énergie incroyable des musiciens et beauté des jeux de lumières pour accompagner le tout. Leur prestation lors du Metal Culture(s) VI n'aura absolument pas dérogé à la règle, ce qui place Hypno5e dans mes références live et à la troisième position du classement.
La palme du concert le plus intense, violent et beau de 2016 est à mettre à l'actif de Meshuggah. Leur style musical si particulier et personnel prend évidemment tout son sens en live. Bien sur, le son très lourd et sous accordé, les polyrythmies et autres changements incessants de rythme pourrait rapidement devenir brouhaha en cas de son imprécis ou mal calibré, il n'en sera rien de tout ça, un set parfait sublimé par un light show à couper le souffle, quelle baffe !
La première place du "Concert de l'année" revient à Machine Head. Le contexte, avec l'absence, ces dernières années, du combo sur les affiches des festivals, la sortie d'un dernier album géant, mais aussi et surtout l'annulation du concert après seulement cinq chansons pour incapacité vocale de Robb Flynn le premier soir, fait que le groupe était particulièrement attendu. Mission parfaitement accomplie : 2h40 de prestation avec des chansons toutes plus efficaces les unes que les autres, pour un concert absolument parfait. Probablement une de mes meilleures expériences live !    




A suivre...


 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire